Le blog d’Amaïa

Sous-titrer des vidéos avec un fichier SRT : comment ça marche ?

Août 11, 2021

De plus en plus de vidéos sont visionnées sur internet au quotidien. Et bien souvent, elles le sont… sans le son ! Alors pour pouvoir rester pertinent et attirer votre public cible, pensez à sous-titrer vos vidéos. Ça vous semble compliqué ? Pas de panique, les fichiers de sous-titres SRT sont très simples à utiliser – quoique chronophages – et permettent d’être installés automatiquement dans différentes langues. On vous explique.

Qu’est-ce qu’un fichier SRT ?

Un fichier SRT (pour Secure Reliable Transport) ou SubRip sert à sous-titrer des vidéos. Mais on pourrait se demander si les sous-titres sont vraiment utiles lorsqu’on regarde un film dans une langue que l’on maîtrise parfaitement. Et oui !

Pourquoi sous-titrer une vidéo ?

À l’origine, les vidéos étaient principalement sous-titrées pour deux raisons : pour comprendre une langue qu’on ne maîtrise pas, même sans traduction ou VF. Utile aussi pour apprendre l’anglais en écoutant dans la langue de Shakespeare tout en lisant pour avoir un peu d’aide. Le sous-titrage permettait également aux sourds et malentendants de suivre l’intrigue malgré tout. Dans ce cas, il y a bien souvent des indications supplémentaires, comme les bruits importants en complément des dialogues.

Plus récemment, une troisième raison est apparue, notamment avec l’utilisation toujours plus fréquente des smartphones et des réseaux sociaux : la possibilité de lire la vidéo sans le son. Dans les transports publics, à la pause-café, entre deux cours… Flâner sur son téléphone pour scroller sur les réseaux sociaux ou YouTube est tentant ! Mais passer de photos et textes – donc silencieux – à un clip à plein volume peut s’avérer très embarrassant. Les vidéos des réseaux sociaux ont donc à présent le son coupé automatiquement. Libre à l’utilisateur de le remettre… ou simplement lire les sous-titres, sans gêner son entourage.

Deux manières de sous-titrer une vidéo

Selon l’utilisation prévue, le temps imparti et le choix du visuel, deux types de légendes et sous-titres s’offrent à vous :

  1. Les « burn-in » :  vous souhaitez ajouter des sous-titres permanents sous votre vidéo ? Vous pouvez choisir de les inclure directement sur le film. On les appelle aussi encodés en dur ou gravés.
  2. Les sous-titres codés : plus légers, les sous-titres au format SRT (ou encore SBV, TXT, SSA…. bien qu’ils soient moins fréquemment utilisés) s’ajoutent et s’enlèvent à n’importe quelle vidéo en un simple clic.

Pourquoi utiliser un fichier SubRip ?

La méthode de sous-titres codés prend de l’ampleur et dépasse le choix de sous-titres gravés, surtout sur les réseaux sociaux.

Les avantages d’un fichier codé

  • S’adapte à tout type de séquence facilement
  • Simple à créer même sans logiciel spécifique
  • Permet de proposer différentes langues, selon les préférences des utilisateurs. Cela ouvre donc les possibilités de toucher d’autres cibles.
  • En cas d’erreur, il suffit de le modifier sans avoir à recharger toute la vidéo (un bon point pour ne pas perdre de nombre de vues par exemple)
  • Peut être ajouté dans un deuxième temps si nécessaire, plus flexible
  • Léger, n’alourdit pas le film
  • Peut être lu par la majorité des lecteurs multimédias (VLC media player,Microsoft Windows Media Player, GOM, Mplayer…)

Les inconvénients de ces formats de sous-titres codés

  • Peu ou pas de choix de couleurs, typographie et différenciation visuelle, contrairement aux burn-in qui, eux, peuvent être plus variés.
  • Nécessite une manipulation sur les réseaux sociaux pour mettre en place le sous-titrage automatiquement lorsque le son est coupé. Ce n’est pas toujours évident pour les publics moins à l’aise avec la technologie.

Fichier SRT : comment ça marche ?

Comment le créer ?

Il existe plusieurs méthodes pour créer son fichier de sous-titrage : via des logiciels spécifiques, en passant par YouTube ou simplement avec un document en .txt.

  • Par les logiciels spécifiques (logiciel de montage vidéo ou spécialisé) en remplissant les zones nécessaires pour indiquer le début et la fin de l’extrait et indiquer le texte dans la zone dédiée
  • En passant par Youtube : vous transcrivez l’intégralité du texte de l’oral à l’écrit. Importez le texte de vos sous-titres puis cliquez sur « régler le minutage » pour que la répartition du texte soit faite automatiquement. Il vous suffit ensuite de télécharger le fichier au format SRT pour générer un SubRip à utiliser où vous le souhaitez.
  • Via un document .txt : ici aussi, vous devrez transcrire tout votre texte à l’écrit. En complément, il faudra ajouter le numéro de sous-titre et le code temporel de chaque extrait pour indiquer à quel moment exact de la séquence il commence, et à quel moment il s’arrête. Le format est classique et facile à suivre.

Le saviez-vous ? 

En utilisant le machine learning et sa technologie de reconnaissance vocale, Youtube est capable de fournir une traduction et des sous-titres automatiques. Si ces derniers sont disponibles, ils sont intégrés à la vidéo. Simple non ?

 Le format d’un fichier SRT

Pour pouvoir être lu en parallèle d’une vidéo, le SubRip est toujours présenté de la même manière, en 4 lignes minimum : le numéro, le code temporel qui indique quand commence et termine le texte à afficher, le texte (sur une ou deux lignes) et une ligne vide pour indiquer que ce paragraphe est terminé.

Ces fichiers contiennent donc :

  1. Numéro de sous-titre
  2. Code temporel
  3. Texte du sous-titre (une ou deux lignes)
  4. Ligne vierge

Le nom du fichier

Pour pouvoir être lus en même temps , le fichier et son clip lié doivent avoir le même titre (mis à part l’extension). Si par exemple vous avez nommé votre montage  « exemple_de_titre.mov« , appelez votre fichier « exemple_de_titre.srt » (ou « exemple_de_titre_fr.srt » pour préciser qu’il s’agit des sous-titres en français). Avec un nom similaire, il devrait être pris en charge automatiquement par la plupart des lecteurs.

La longueur des extraits

Attention à rester cohérents avec la longueur des phrases écrites et celles dites. Il faut non seulement que le texte coïncide avec les paroles, mais également qu’il reste affiché assez longtemps pour pouvoir être lu. Par ailleurs, ne dépassez pas deux lignes de texte par extrait, sous peine de voir une majorité de l’écran disparaître.

Autre point à retenir : votre vidéo peut être visionnée sur un écran de télévision aussi bien que sur téléphone. Il faut donc que les lignes de sous-titres ne soient pas trop larges afin de pouvoir être lues en format portrait également.

De l’aide pour les sous-titres, c’est possible !

Vous avez pris du temps pour créer une vidéo qualitative ? Super ! Pour la partager sur les réseaux sociaux ou la transmettre à vos équipes à travers le monde, il ne manque que les sous-titres. Besoin de sous-titres multilingues ? No Problemo !  Votre temps est précieux, ne le perdez pas sur des tâches aussi chronophages. Saviez-vous que vous pouvez faire appel à une agence de traduction spécialisée pour obtenir des sous-titres de qualité, dans le bon format avec une prestation clé en main ? Transcription, traduction et incrustation !

Vous avez des vidéos intéressantes à partager sur les réseaux sociaux comme Facebook ou Instagram ou encore sur YouTube ? Pensez à les sous-titrer pour qu’elles puissent être visionnées, même sans le son ! Et n’hésitez pas à vous faire aider par une agence de traduction spécialisée pour proposer des sous-titres dans différentes langues.